Non classé

L’Auto-masquage

La nécessité du masque

L’une des principales difficultés de la reproduction précise des couleurs tient au fait que tous les colorants d’une image absorbent des longueurs d’ondes indésirables, phénomène dit des absorptions secondaires. Il s’agit là d’une caractéristique propre à tout colorant photographique, et c’est ce qui motive la présence d’un masque dans les films négatifs couleur.

La plus importante des absorptions secondaires est celle du colorant magenta pour la lumière bleue. Cette absorption augmente la quantité du jaune dans l’image. Comme cette absorption ne peut être évitée, le mode traditionnel d’équilibrage des couleurs consiste à réduire la quantité de colorant jaune dans la couche supérieure pour parvenir à une égalité des absorptions totales du bleu, du vert et du rouge. Malheureusement, étant donné que l’absorption du bleu provient de deux couches, l’équilibre des couleurs n’est jamais qu’un compromis.

La technique de l’auto-masquage

Les matériaux CIBACHROME II ne présentent pas de réduction de colorant jaune dans la couche supérieure; comme nous l’avons vu, cela donne un excès global de jaune. L’automasquage contrôle cependant la quantité de jaune de l’image finale en fonction des expositions verte et rouge de façon à permettre un rendu correct des couleurs. Pour assurer le fonctionnement de ce système, la couche supérieure sensible au bleu ne contient que du bromure d’argent tandis que les autres couches contiennent de l’idobromure d’argent. Au cours du développement, une faible quantité de bromure d’argent de la couche supérieure est dissoute et se diffuse dans la couche du masque où se forme un masque argentique. Comme la couche du masque est contigüe à la couche jaune, une quantité additionnelle de ce colorant sera blanchie ultérieurement.

Dans les zones qui reçoivent une exposition verte et rouge, une image argentique négative est formée normalement pendant le développement. Pendant ce développement, des ions iodure sont libérés. Ces ions iodure ont un rôle vital dans le fonctionnement du masque: ils se diffusent dans la couche du masque et bloquent la précipitation de l’argent métallique. Ainsi, dans les zones de forte exposition au vert, des ions iodure sont libérés en grande quantité, ce qui empêche complètement la formation d’argent dans la couche du masque. Ceci a pour effet de maintenir dans la couche supérieure une quantité additionnelle de colorant jaune égale à l’absorption du bleu dans la couche magenta. Les tons verts contiennent donc une quantité de colorant jaune augmentée, ce qui est correct.

Dans les zones d’exposition verte minime, très peu d’ions iodure sont libérés et la formation du masque argentique n’est pas empêchée. Tout l’excès de colorant jaune est blanchi dans la couche supérieure et l’on obtient de nouveau un rendu correct des couleurs.

La couche sensible au rouge réagit de la même manière mais dans de moindres proportions.

De cette façon, le système du masque incorporé fait que l’absorption du bleu dans l’émulsion est toujours au niveau optimum pour donner un rendu exact de toutes les couleurs.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s